Un pays producteur en quête d’identité

Peu de gens le savent, mais le Brésil est une terre de vins séculaire. La vigne y a pris racine au XVIe siècle. La viticulture s’y est structurée au cours des années 1870, grâce à des vagues successives d’immigration en provenance d’Italie. Actuellement, la production de vin au Brésil place le pays au quinzième rang mondial. La viticulture y est en pleine mutation. Dans cet article, Castas & Climas vous présente la production de vin au Brésil et son évolution dans le temps.


Le Brésil, quinzième producteur mondial de vin

Avec 2,8 millions d’hectolitres produits en 2015, la production de vin au Brésil permet au pays de figurer au palmarès des vingt premiers producteurs mondiaux. Si les vignes recouvrent 92 mille hectares, seule la moitié d’entre elles sert à faire du vin. Le reste de la production fournit du raisin de table ou du jus de raisin.

Les vins tranquilles représentent 91% de la production de vin au Brésil. Outre le fait qu’elle concentre 76% des vignobles, la région Sul accueille 700 producteurs sur les 1 100 opérant dans le pays.

Quinzième producteur mondial, le Brésil élabore deux types de vin diamétralement opposés (…) : 74% de vins dits « de table » et un quart seulement de vins dits « fins ».

Les deux visages du vin brésilien

Quinzième producteur mondial, le Brésil élabore deux types de vin diamétralement opposés. De fait, la production de vin au Brésil se divise en deux catégories de produits : 74% de vins dits « de table » (vinhos de mesa), et un quart seulement de vins dits « fins » (vinhos finos).

Les producteurs brésiliens élaborent leurs vinhos de mesa à partir de raisins Vitis labrusca et d’hybrides américains que l’Union européenne interdit. À ne pas confondre donc avec les vins de table produits en Europe à partir de cépages Vitis vinifera.

Les vinhos finos ont un potentiel qualitatif élevé car ils sont issus de cépages nobles. L’encépagement en Vitis vinifera représente 10 mille hectares, soit 11% des vignes brésiliennes. Cabernet sauvignon, merlot, chardonnay, muscat blanc, tannat, pinot noir et riesling sont les plus plantés.

La préférence des Brésiliens va aux vins fins, et ce de plus en plus. Toutefois, ils plébiscitent encore les vins de table. Ces derniers arrivent en tête des volumes consommés. En effet, ils sont les vins les moins chers du marché, ce qui explique l’engouement de la classe moyenne émergente pour ces produits. Les vins de table locaux permettent à ces primo-consommateurs de découvrir l’univers du vin, avant que ceux-ci se dirigent vers les vins fins, importés ou non.

La production de vin au Brésil se concentre sur six vignobles qui se distinguent par leur production de vins fins. Serra Gaúcha, Campanha, Serra do Sudeste et Campos de Cima da Serra dans l’Etat de Rio Grande do Sul ; Planalto Catarinense dans l’État de Santa Catarina ; Vale do São Francisco dans la région Nordeste.

En 2012, le pays obtient sa première appellation d’origine protégée vitivinicole grâce au vignoble du Vale dos Vinhedos.

Une viticulture dynamique

Dans les années 1990, l’ouverture économique du Brésil voit les importations de vins étrangers s’accélérer. Ce phénomène provoque une modification de la demande chez les consommateurs et une émulation parmi les producteurs.

La premiumisation du marché du vin au Brésil et la hausse des importations de vins fins ont mobilisé les producteurs. Sensibilisés à la notion d’appellation d’origine protégée, les vignerons brésiliens sont depuis les années 2000 en quête d’identité et de reconnaissance pour leurs produits.

Ainsi, chaque zone de production investit aujourd’hui pour développer une identité propre. Le Vale dos Vinhedos a été pionnier en la matière. Dès 2002, ce vignoble obtient une indication géographique protégée. Puis, en 2012, le pays obtient sa première appellation d’origine protégée vitivinicole grâce au vignoble du Vale dos Vinhedos.

Tournant qualitatif

Par ailleurs, cette recherche de qualité dans la production nationale s’accompagne de réformes de fond. Depuis quelques années, on constate une forte baisse dans la production des vins de table au profit des vins fins. On observe également une baisse des rendements dans les vignobles faisant l’objet d’une I. G. P. ou A. O. P.

Pour améliorer la qualité de leurs vins, les viticulteurs brésiliens investissent beaucoup dans la restructuration de leurs vignobles. Pour les accompagner dans cette voie, l’Embrapa Uva e Vinho (Entreprise brésilienne de recherche agroalimentaire raisin et vin) propose gratuitement des formations qualifiantes et professionnalisantes dans tous les domaines liés à la viticulture et à l’œnologie.

À l’heure actuelle, le Brésil importe 62% des vins fins consommés dans le pays, soit 109 millions de bouteilles en 2015. Or cette même année, il a manqué 45 millions de bouteilles pour satisfaire la demande intérieure en vins fins. (…) L’opportunité d’affaires pour les pays exportateurs s’élève à 120 millions d’US$.

Dépendance structurelle aux importations

Même si à l’international le grand public méconnaît les vins brésiliens, ceux-ci gagnent peu à peu en visibilité. Par exemple, l’International Wine and Spirit Competition a décerné 23 prix à des vins brésiliens entre 2013 et 2016. Les vins effervescents s’illustrent particulièrement puisque, parmi ces distinctions, deux seulement ont récompensé des vins tranquilles.

On le voit, le Brésil est un pays producteur qui consent des efforts importants pour améliorer la qualité de ses vins. Cependant, les vins fins brésiliens ne représentent que 38% des vins fins consommés dans le pays. C’est-à-dire qu’à l’heure actuelle, le Brésil importe 62% des vins fins consommés dans le pays, soit 109 millions de bouteilles en 2015.

Or cette même année, il a manqué 45 millions de bouteilles pour satisfaire la demande intérieure en vins fins. La production de vin au Brésil n’étant pas suffisante pour pallier ce manque, l’opportunité d’affaires pour les pays exportateurs s’élève à 120 millions d’US$.

Pour aller plus loin

Faites confiance à Castas & Climas pour vous accompagner dans toutes vos étapes d’internationalisation, du lancement au développement de votre activité sur le marché brésilien : analyse de marché, conseil export, action commerciale.



En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela. Pour savoir ce qu'est un cookie et quels types de cookies nous utilisons, veuillez vous reporter à la rubrique "Politique de cookies" dans nos Mentions légales.

Fermer